Discutons DADVSI !!!

discutons dadvsi
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ségolène Royal et le débat sur le téléchargement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marjorie
Admin
avatar

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Ségolène Royal et le débat sur le téléchargement   Dim 21 Mai à 23:57

Ségolène Royal avait lancé sur son site un débat sur le téléchargement et la loi DADVSI. Je viens de recevoir par [Escapel] le message qu'elle a envoyé sur sa newsletter du bilan qu'elle a tiré de ce débat.
Je n'ai pas vraiment de partie politique spécifique (enfin en ce moment je suis plus de gauche lol) mais ça m'énerve d'entendre les médias et les gens dire que Ségolène Royal n'a pas de programme alors qu'elle a des idées, la preuve ! Forcément, si on ne l'invite pas sur les plateaux et qu'on ne la laisse pas parler on ne pourra jamais l'entendre son programme. Enfin ça c'est un autre débat sur la conception des médias...

Citation :
« Ce que je retiens » du débat « Téléchargement : comment concilier la rémunération des créateurs et la liberté des internautes ? »


Ce débat a suscité un grand intérêt, avec plus de 600 contributions, de haute tenue. Sur un sujet particulièrement complexe et controversé, croisant la culture, l'économie, le droit et la technique, la méthode du forum participatif a montré toute sa pertinence.


Le premier point que je retiens de ce débat, céest que le numérique et le P2P sont une chance et non, comme certains le disent, une catastrophe :

1. Démocratisation de l'accès à la culture, grâce à des coûts très faibles de diffusion des oeuvres ;

2. Intimité plus grande du public avec les oeuvres, qu'il peut s'approprier et faire à son tour connaître (réalisation de playlists, de compils,…) ;

3. Préservation du patrimoine culturel, le numérique permettant d'avoir accès à des oeuvres rares ou introuvables sur support classique.


Un internaute sur trois télécharge sur les réseaux P2P : il faut donc d'abord se demander pourquoi plusieurs millions de nos concitoyens s'adonnent à une pratique aujourd'hui illégale, malgré les inconvénients techniques (qualité moyenne des mp3, temps passé) et les risques pénaux. Face à ce mouvement de masse, l'industrie musicale a tardé et tarde encore à tirer parti del'internet. Elle devrait pourtant se mettre à la page du numérique et partir à la reconquête du public. La défense d'un modèle technique obsolète ne peut que conduire à des déboires économiques.



A mes yeux, s'il est indispensable de permettre une rémunération juste des créateurs et de ceux qui les entourent, il ne saurait être question de maintenir artificiellement des modèles économiques dépassés par l'évolution technique, et de maintenir un cadre légal en décalage complet avec le progrès technologique et les aspirations manifestes du public. Je crois qu'on peut trouver, sur ce sujet, comme sur tous les autres, des solutions qui tirent toutes les parties prenantes vers le haut.


C'est le contraire que fait le gouvernement avec la loi DAVDSI : cette loi est inspirée par la peur du numérique, elle exacerbe les oppositions stériles entre le public, les créateurs, les producteurs, les diffuseurs.



La DADVSI n'apporte rien aux créateurs : ni en termes de rémunération, ni en termes de droits nouveaux. Elle rogne les droits du public, avec la remise en cause larvée de l'exception pour copie privée. Elle ne crée pas un cadre favorable pour les nouveaux intermédiaires du numérique, pour ceux qui inventent les services de demain. Pire : elle va compliquer plus encore l'émergence de services et d'entreprises innovantes.


Enfin, pour maintenir coûte que coûte le principe d'une interdiction des échanges non-commerciaux d'oeuvres numérisées, le gouvernement a fait voter des dispositions inapplicables.


En un mot, cette loi conforte un désordre injuste. Je souhaite, ici comme ailleurs, créer un ordre juste. Il faudra donc revenir sur le cadre juridique créé par la loi DAVDSI au niveau français et contribuer à l'évolution du cadre juridique européen et international. C'est à la gauche, historiquement, qu'il revient de faire avancer l'équilibre entre progrès technologique et droits d'auteur : elle l'a fait avec la loi Lang en 1985, mais bien avant cela avec les travaux inachevés de Jean Zay et du Front Populaire en 1936.



Après le débat qui vient d'avoir lieu sur le site, je souhaite poser les quelques principes à partir desquels une législation nouvelle devra être mise en place :

1. Tirer parti de la numérisation et du P2P pour faciliter l'accès des publics aux oeuvres et accroître la diversité culturelle.

2. Permettre à tous, aux auteurs comme aux publics, de bénéficier du progrès technique. Empêcher qu'une catégorie d'acteurs capte ce progrès technique à son profit exclusif.

3. Reconnaître que les sources de financement de la création en matière culturelle sont et doivent rester diverses (vente à l'unité, prélèvements auprès des exploitants, redevance pour copie privée, etc.). L'Etat ne doit pas privilégier un modèle économique unique pour la diffusion des oeuvres culturelles mais favoriser les modèles en phase avec les demandes de la société.

4. Favoriser l'innovation en matière de circulation commerciale des oeuvres numérisées. Le succès du P2P témoigne de l'insatisfaction de nos concitoyens face à une offre culturelle perçue comme trop limitée, trop chère et trop uniforme. Les opérateurs doivent pouvoir développer des services améliorés par rapport à ce que l'on trouve aujourd'hui.

5. Encourager les créateurs qui se tournent vers les modèles ouverts de propriété intellectuelle de type Creative Commons ou Musique-libre.



Il nous faut sortir du modèle économique unique, et le rôle de l'Etat est de conforter la coexistence entre plusieurs modes de rémunération et de financement :

- Les revenus directs, la vente de fichiers se substituant progressivement à la vente de CD

- Les revenus indirects : les intermédiaires (webradios, plates-formes de P2P) reverseraient une partie de leur chiffre d’affaires aux titulaires de droits en contrepartie du droit d'exploiter commercialement les oeuvres. Il faudra, pour cela, inciter les titulaires de droits à licencier leurs catalogues, selon des modalités compatibles avec l'économie de nouveaux entrants et sans les assortir de DRM qui réduisent l'utilité pour les utilisateurs.

- Des revenus « mutualisés », qu’il s’agisse de la redevance pour copie privée, ou de la création, pour les échanges gratuits entre personnes, d'un système de licence globale forfaitaire.


Pour avancer sur cette voie, une concertation approfondie devra être enfin engagée, bien sûr avec tous les acteurs concernés et les citoyens, mais aussi avec nos partenaires européens, une solution exclusivement française étant difficile à mettre en oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discutonsdadvsi.myrealboard.com
 
Ségolène Royal et le débat sur le téléchargement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Actu] Ségolène Royal contre l'animation japonaise
» L’accès de l’Afrique aux énergies renouvelables au centre de l’entretien Joseph Kabila - Ségolène Royal
» ROYAL EVO ET 2.4 ghz
» Les nouvelles Pequignet Manufacture calibre Royal
» Royal Rumble V7 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutons DADVSI !!! :: La loi DADVSI ! :: Actualité-
Sauter vers: